Actualité

Décès

Après le décès en juillet 2014 de leur si souriante et dévouée secrétaire Raymonde Hermand, les amis et les membres de l'Association Miss Cassatt, peintre au Mesnil-Théribus, ont la grande douleur de vous faire part du décès de celle qui, durant de très longues années, consacra toute son énergie à faire connaître dans notre région notre grande peintre impressionniste américaine  Mary Cassatt :

Madame Yvette Boudry,

co-fondatrice de plusieurs associations Mary Casssatt

survenu le 6 février 2015

 

 

 

 

 

 Bienvenue dans l'Association Miss Cassatt, peintre au Mesnil-Théribus, créée en 2007. 

Les deux soeurs  

    Notre but est de faire connaître tout ce qui animait ce grand peintre dans sa vie privée, publique, ou artistique. Nous souhaitons faire découvrir au moyen de manifestations diverses et variées cette femme qui, dans une grande générosité, apporta au village du Mesnil-Théribus de nombreux bienfaits. 

   Chaque année, notre Association propose de nouveaux évènements
qui, nous l'espérons, auront autant de succès que les précédents.
 

 

ACTUALITES

L'exposition à Paris consacrée cet hiver à Mary Cassatt.

 

 

 Vous trouverez ci-dessous la réaction d'une admiratrice de Mary Cassatt, Aurélia Montel1, après sa visite à cette exposition .

  

MARY CASSATT

EBLOUISSANTE PIONNIERE

 

  Un intérêt déjà ancien pour Mary Cassatt, la connaissance de la plupart de ses œuvres, celle des lieux où elle a vécu, les fidèles souvenirs évoqués par la descendante de l'un de ses modèles dont l'amitié m'est précieuse, avaient entretenu ma trompeuse illusion de savoir à peu près tout sur l'artiste.

  L'exposition actuelle de ses gravures et dessins réunis dans la collection Ambroise Vollard au Mona Bismarck Center for Art & Culture (34, avenue de New-York, 75116 Paris) m'a convaincue du contraire.

  J'ignorais avec quel talent novateur, quel esprit pionnier digne de ses origines américaines, elle avait pu laborieusement chercher à traduire sur de nouveaux supports, sa vision moderne de l'art, que ce soit en peinture, en gravure ou en dessin.

  Ce sont ces œuvres fragiles et superbes, toute la production de son atelier – au total une soixantaine d’œuvres - que le marchand d'art Antoine Vollard qui avait pressenti son talent, avait achetées et précieusement conservées, sans jamais les avoir exposées.

  A son décès, ces œuvres intactes, n'ayant jamais encouru le risque de dispersion ou de détérioration, ont été cédées à cet autre amateur d'art éclairé que fut l'américain Henri M. Petiet.

  Désireux de faire reconnaître Mary Cassatt dans son pays d'origine, Henri M. Petiet plaça d'abord quelques estampes et dessins dans quelques grands musées américains. Tentative couronnée de suc­cès, prélude à trois grandes expositions ayant révélé aux États-Unis, avec un succès extraordinaire, le talent de l'artiste avant de ramener en France, son pays d'origine, la collection telle qu'elle nous est actuellement présentée jusqu'au 20 janvier 2013.

   Mary Cassatt qui s'intéressait à la gravure au point d'avoir envisagé avec Degas et Pissaro, la publi­cation d'un journal qui y serait consacré, fut littéralement éblouie par sa rencontre avec la première exposi­tion japonaise de « Ukiyo-e » (c'est-à-dire l'estampes).

En avril 1890, elle écrivait à son amie Berthe Morisot pour lui recommander de ne surtout pas man­quer cette exposition, l'assurant qu'elle ne verrait rien de plus beau et que, depuis qu'elle l'avait vue, elle ne cessait de penser aux nouvelles possibilités d'estampes.

Qu'y avait-elle découvert ? La rupture avec les principes de perspective et de point de fuite auxquels, depuis la Renaissance, se pliait l'art européen, mais surtout, le rôle essentiel de la couleur qu'une nouvelle organisation de l'espace permettait au regard de mieux appréhender en concentrant son intérêt sur la surface peinte.

  Alors qu'apparaissaient les instantanés photographiques modifiant nos rapports avec la représen­tation de l'espace, elle avait aussi constaté qu'angles de vue et coupe des motifs sur le bord des ta­bleaux n'avaient plus d'importance, un constat que son ami Pissaro fera lui aussi comme en témoigne dans son tableau « La brouette », la tête, seule visible d'un petit âne, sur le bord de la toile.

   Bien qu'elle excellât déjà dans les techniques de la gravure sur cuivre, du vernis mou, de l'aquatinte et de la pointe sèche, elle s'évertua, comme si à la suite de cette première exposition de l'« Ukiyo¬e », elle s'était lancé un défi, à mettre au point une technique nouvelle pour l'impression d'une série de gravures inspirées des mé­thodes japonaises, sur le thème unique de la vie quotidienne des femmes.

Son principe d'impression exigeait des repères très précis et une grande expérience, aussi, avec l'équité qui la caractérisait, tenait-elle à ce que le nom de l'imprimeur figurât sur les dernières épreuves.

  Alors que les artistes masculins choisissaient souvent leurs thèmes d'inspiration féminine, dans des lieux frivoles, Mary Cassatt va exalter la femme dans l'intimité d'une vie quotidienne bourgeoise, et jouant avec maestria d'une palette sensible, sublimer ses rapports avec l'enfant.

  Le hors-série de « Connaissance des Arts » consacré à l'actuelle exposition ne pouvait mieux choisir comme motif de couverture que cette pointe-sèche et aquatinte sur papier, intitulée « Mère et en­fant » qui suscita, en son temps, une telle admiration de la part de Degas qu'il compara la grâce de l'enfant à celle de l'Enfant Jésus, dans les plus célèbres Nativités.

Ces œuvres rares, présentées dans une atmosphère légèrement voilée pour ne pas agresser la fraî­cheur de leurs couleurs, témoignent d'une telle virtuosité de ligne et de nuances, qu'elles constituent, par leurs qualités morales et artistiques, un apport si exceptionnel à la cause féminine dans l'art qu'on se prend à rêver que leur exposition puisse être prolongée...

 

(1) Aurélia Montel, après une carrière dans l'enseignement supérieur notamment rue d'Ulm, enseigne bénévolement, nous devrions plutôt écrire : fait découvrir et aimer la littérature française aux étudiants américains dans le cadre de l'Alliance Française. 

 

 

Nos coordonnées

 

  

Autoportrait de Mary Cassatt 

 

Vous pouvez nous joindre en cliquant ci-dessous :

Formulaire de contact 

 

ou par courrier :

Association Miss Cassatt

9 rue de la Mairie
60240 Le Mesnil-Théribus
Tél. : 03 44 47 75 19

Adhésion annuelle à l’Association : 20€

 

Qui sommes-nous ?

 

Les Membres du Bureau

  • Président d'Honneur:  John SHAW

  • Présidente : Maïté LEFAIX-DROY

  • Vice-Président : Dany MAJAL

  • Trésorière : Yvette BOUDRY

  •  Secrétaire : Raymonde HERMAND

  • Correspondant américain : Marilyn AMPE-SCHESTAK

Date de dernière mise à jour : 16/02/2015

© Association Miss Cassatt ~ Le Mesnil-Théribus 2012 - associationmisscassatt.e-monsitecom - Tous droits réservés

Contact : Formulaire de contact

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site